Accueil > Expériences de classe > en Guyane > Collège Contout (2002) > bilan

bilan

Un bilan :

Notons tout d’abord que les retombées positives du projet ont été mises en évidence lors du dernier conseil de classe : tous les élèves ont progressé par rapport à eux mêmes et des récompenses nombreuses ont été distribuées pour la première fois.(encouragements, tableaux d’honneur, félicitations). Tous sont passés en cinquième sauf trois élèves. Un élève illéttré bien que scolarisé depuis le CP a appris à lire l’année suivante en 6 mois dans la classe d’UPI qu’il avait rejointe. Cet élève s’était particulièrement investi dans le projet CONTE et dans l’informatique. Il est actuellement en SEGPA. Les graves problèmes de violence ( racket , indiscipline) ont quasiment disparu. Le rapport à l’école et aux apprentissages a été modifié

L’interculturel :

Ce projet montre qu’il peut être simple et très efficace de faire concrètement appel à la diversité culturelle de la Guyane. L’intervention en classe de représentants de ces cultures permet aux enfants de se situer autrement par rapport à l‘école qui trop souvent ignore ce qu’ils sont. C’est cette reconnaissance d’eux mêmes que les élèves ont vécu dans cette classe à travers l’introduction de langues et cultures du pays où ils vivent. Dés le début la présence de ces adultes motivés par le désir de faire connaître leur patrimoine a suscité la surprise et très vite le plaisir.
Il paraît important de ne pas présenter toutes ces cultures présentes en Guyane en même temps mais il est indispensable de consacrer un temps assez long à une culture bien définie, comme nous l’avons fait avec les contes palikur. Chaque culture doit pouvoir bénéficier de ce temps de rencontre qui seul permet la diffusion de connaissances. Ensuite les enfants pourront recréer à partir de ce qu’ils ont reçu.
Le conte, l’oralité et le passage à l’écrit
Le fait que le conte est encore –ou presque- vivant en Guyane en fait un outil privilégié de la maîtrise de la langue orale et du passage à l’écrit. Après une phase d’imprégnation par l’écoute, la phase de restitution permet d’acquérir une réelle maîtrise de l’oral qui par l’acquisition de structure de texte, de structure de phrase, de vocabulaire, de conjugaison de temps réputés difficiles comme le passé simple, et va faciliter énormément le passage à l’écrit.
Bien sûr il faut un conteur à l’aise devant des scolaires, motivé et compétent dans son domaine. Nous avons eu la grande chance de pouvoir rencontrer de tels conteurs : qu’ils en soient remerciés !

Le coût financier du projet :
La DRAC et le Rectorat ont donné 5800 F. pour ce projet. Les intervenants ont été financés sur la base de 300 Fttc pour 10h30 d’intervention. Le reste des dépenses a concerné la réalisation et l’édition du recueil, avec l’achat de matériel d’arts plastiques, le scan des dessins et les photocopies couleur et noir et blanc.
Ces projets se déposent en mai précédant la rentrée scolaire selon un dossier qui vient du Rectorat .
MadameSalomé est responsable de ces projets. Qu’elle soit aussi remerciée ainsi que les participants au projet :
Conteurs :Madame Fortino Mauricienne responsable de l’association Kamwyeneh, 1 villageamérindien de Macouria
Frank Compper, association Krakamento Saint Laurent
Lama Topo, association culturelle aluku, Maripasoula

Bibliographie :
Langues de Guyane, document CELIA, IRD Cayenne
17 randos nature de Philippe Boré
Mato contes aloukous par Serge Anelli (MI WANI SABI) les deux fleuves
Mato contes des aloukous de Guyane (Conseil International de la langue française)
Tezen poisson d’eau douce de Mimi Barthélémy (l’Harmattan)
Le colombo de tortue (association des amis de l’école élémentaire de Maripasoula)
Maïpouri conte galibi (les deux fleuves)
Contes amérindiens de Guyane édité par E. Navet et 0. Lescure
Enfants des Caraïbes de la Guyane à Panama (Fleur de Lampaul) Gallimard jeunesse
Faune de Guyane ONC
trois posters sur les graines et les fruits de l’ONF
Guide de reconnaissance des arbres de Guyane ONF
La forêt d’Amazonie (ed Fleurus)
Napi tutu, l’enfant, la flûte et le diable par Philippe Dakan et Seefiane Deie (conte bilingue aluku) 2003 CRD